Développer l'acceptation

Be positive !

L’acceptation c’est un terme qu’on entend beaucoup, pour autant pas toujours si facile à mettre en place ! La première chose qui nous empêche souvent d’y accéder, c’est que nous pensons qu’accepter voudrait dire se résigner. 

Nous ne voulons pas accepter, parce que nous avons l’impression que cela voudrait dire que nous sommes d’accord avec ce qu’il s’est passé, que cela signifierait que nous abandonnons, que nous n’accordons pas d’importance à ce qu’il s’est passé ou que finalement nous acceptons que les choses se repassent exactement de la même façon dans le futur. Nous entrons alors en état de résistance face à la situation : nous tentons de changer les personnes/les circonstances autour de nous, dans l’espoir de contrôler et de faire en sorte que les choses se passent comme nous le souhaiterions.

Pourtant l’acceptation n’a rien à voir avec le fait d’abandonner

L’acceptation, c’est, plutôt que d’essayer de pousser et de forcer : créer de l’espace pour que les choses puissent se faire en douceur, avec aisance. Accepter ne veut pas dire que l’on ne souhaite plus faire changer les choses. C’est s’autoriser à libérer de l’espace à l'intérieur et à l’extérieur de nous, afin d’y voir plus clair sur la meilleure stratégie ou le meilleur comportement à adopter pour aller là où nous voulons.

Quand nous résistons à quelque chose, nous lui donnons toute notre énergie - nous le renforçons et nous restons coincés avec. Quand nous acceptons, nous ne gaspillons plus notre énergie, nous nous sentons mieux et nous accédons à plus de clarté. L’acceptation nous permet d’accéder à des émotions positives, agréables et ouvre ainsi la porte à de nouvelles opportunités... Paradoxalement, c’est souvent lorsqu’on arrête de résister que les choses se débloquent...

 

Accepter c’est retrouver la pleine possession de nos moyens, pour nous permettre d’agir comme nous le souhaitons.

 

2 exercices pour développer l’acceptation

Faire face à une situation de conflit : 

Je t’invite à te remémorer une situation durant laquelle tu as vécu un conflit ou un désaccord avec quelqu’un de ton entourage ou à ton travail. Dans un premier temps, tu peux relater ta version des faits, écrire ce qui te vient à l’esprit sur la situation de la façon la plus objective possible, en notant les éléments-clés et arguments de ton discours, les émotions que tu as ressenties, tes éventuelles croyances. Dans un second temps, je t’invite à te mettre dans la peau de la personne en face de toi, avec qui tu as eu ce conflit. Tu peux désormais faire le même exercice en inscrivant les éléments-clés de son discours, ses émotions, ainsi que ses croyances (en imaginant ce qu’elles peuvent être potentiellement).

Cet exercice va te permettre de prendre du recul face à la situation, de développer un sens de l’acceptation et de la compassion en voyant que la personne en face à également un point de vue qui peut s’expliquer, qui est légitime, même s’il est différent du tien.

 

Respirer avec son émotion : 

Le 2ème exercice est un exercice plus méditatif. Lorsque tu prends conscience qu’une émotion désagréable est présente pour toi, autorise-toi à fermer les yeux. Puis, plutôt que de chercher à la faire disparaître et à trouver des solutions externes pour tenter de l’oublier, tente quelque chose de différent : respire à l’intérieur de cette émotion. Essaye d’abord de la localiser, de voir comment est-ce que tu te la représentes à l’intérieur ? Quelle est sa forme, sa taille, sa couleur ? Puis sans chercher à l’enlever, respire simplement profondément avec elle, à partir d’elle. Regarde ce que cela crée pour toi, d’être présent(e) à cette émotion, sans jugement.

 

Développer l'acceptation a été un super outil pour moi afin d'avancer et ne pas rester sur des blocages et croyances limitantes. La méditation m'a beaucoup aidé. D'ailleurs chaque mardi rendez-vous en visio de 12h30 à 13h, le lien est ici.


Articles similaires

Derniers articles

Consulter mon blog

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion